Blog

ACTUALITES

golden-retriever-76965_640.jpg

1 août 2020

En cette période estivale nous allons être nombreux à affluer vers les points d’eau avec nos chiens. Une bonne baignade fait du bien à tout le monde ! Mais attention, avec les fortes chaleurs, des bactéries peuvent proliférer dans les eaux stagnantes. Elles sont appelées cyanobactéries et peuvent provoquer une intoxication potentiellement mortelle si elles sont ingérées.

Cyanobactéries
Les cyanobactéries prolifèrent en été surtout pendant les grasses chaleurs.

Qu’est-ce qu’une cyanobactérie ?

Anabaena sperica2.jpg
Cyanobactérie

CC BY-SA 3.0Link

Les cyanobactéries sont des bactéries qui ont été longtemps considérées comme des algues, anciennement appelées algues bleues.
Elles se développent en surface et en profondeur des étendues d’eau de type flaque, mare, étang, voire rivière à faible débit. Leur évolution peut être considérable en période optimale (température élevée, éléments nutritifs tels que l’azote et le phosphore en grande quantité). Elles constituent alors de véritables “fleurs d’eau” ou “efflorescences” en surface. Une colonie de cyanobactéries dans l’eau est aussi appelée prolifération ou bloom.

Quels sont les symptômes d’intoxication chez le chien ?

Les chiens adorent boire en se baignant et leur premier réflexe est souvent, après une marche ou un trajet en voiture au soleil, d’avaler de bonnes lapées. Selon les cyanobactéries, différentes toxines peuvent être synthétisées. Elles sont classées en trois catégories : dermatotoxines, neurotoxines et hépatotoxines. Les signes cliniques associés à l’ingestion de ces toxines dépendent donc de la prépondérance de l’une ou de l’autre de ces catégories.

Cyanobactéries
Chiens se baignant dans une eau potentiellement contaminante
  • Les dermatotoxines entraînent des irritations de la peau et des muqueuses.
  • Les neurotoxines (anatoxine a, saxitoxine) sont à l’origine des signes cliniques les plus graves : vomissements, paralysie ascendante, détresse respiratoire par paralysie des muscles respiratoires, convulsions, mortalité aiguë.
  • Les hépatotoxines (microcystine, nodularine) induisent chez le chien des vomissements, une diarrhée, un ptyalisme, une insuffisance hépatique qui peut, elle aussi, être létale. Les troubles de l’hémostase sont fréquents (thrombopénie)

En pratique que faut-il retenir ?

  • j’évite de faire baigner mon chien dans une eau chaude , peu renouvelée avec une prolifération de surface bleutée
  • je peux laisser mon chien se baignade dans une eau claire, avec du courant qui renouvelle l’eau même au plus près de la berge
  • si mon chien présente des symptômes anormaux après une baignade, je vais d’urgence chez le vétérinaire
  • je me tiens au courant de la situation locale auprès de la DDASS

Avec l’aimable autorisation du Dr Amélie Bottet (01, Lagnieu)

Visu-final.jpg

20 juillet 2020

Nous avons encore assoupli nos modalités de réception. Comme vous le savez, depuis aujourd'hui 20 juillet, le port du masque est obligatoire dans tout lieu fermé recevant du public. Nous vous sommes par avance reconnaissants de respecter ces règles de protection.

animal-welfare-1116205_640.jpg

1 juillet 2020

Les 121 recommandations du député Loïc Dombreval remises au Ministre de l’Agriculture.

La France est le pays européen comptant le plus grand nombre d’animaux de compagnie. Près d’un Français sur deux en possède un. C’est aussi un pays dans lequel l’élevage est un secteur dynamique. Derrière ces chiffres flatteurs, l’actualité nous rappelle régulièrement que les conditions de détention et d’élevage des animaux ne se font pas toujours dans le respect de leur bien-être. Chargé par le Premier ministre de réaliser un rapport sur le bien-être des animaux de compagnie et des équidés, le député des Alpes-Maritimes Loïc Dombreval, vétérinaire de formation, a remis les conclusions de ses travaux le 23 juin au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume. Dans son rapport, Loïc Dombreval, qui est aussi président du groupe « Condition animale » à l’Assemblée nationale, formule 121 recommandations portant sur la prévention des abandons, les critères de sélection des races dites « hypertypes », le suivi des animaux mordeurs, des animaux dangereux ou errants, ainsi que les conditions de détention et de fin de vie des équidés.

Un soutien de poids

On notera que l’ancien ministre de la justice, Robert Badinter, à qui l’on doit l’abolition de la peine de mort en 1981, a apporté sa contribution au projet, en proposant la création au gouvernement d’un poste de défenseur des droits des animaux. Le ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, Didier Guillaume, salue ce travail considérable et inclusif réalisé dans des conditions difficiles – compte tenu du contexte sanitaire.

Quelques mesures « phares »

Changer les règles concernant la vente d’animaux de compagnie

La proposition vise à interdire la vente d’animaux en animaleries, dans les foires et expositions, et sur les sites internet généralistes. Le député recommande l’acquisition auprès des éleveurs amateurs ou professionnels, ou bien des refuges tels que ceux de la SPA. La cession d’un chien ou d’un chat de moins de 10 semaines serait interdite.

Lutte contre la maltraitance

Les sanctions et la répression pour maltraitance animale seront renforcées avec la mise en place des amendes forfaitaires pour défaut de soin, et la création d’un fichier national des « interdits de détenir. La caudectomie de convenance serait en outre interdite. Le chapitre prévoit aussi la création d’un portail internet sur la maltraitance animale, rassemblant toutes les informations mises à jour sur le sujet. Un numéro vert de la protection animale dédiée au signalement d’actes de maltraitance serait également crée.

Un test pour les futurs possesseurs

Une mauvaise connaissance de l’animal pouvant conduire à la maltraitance ou à l’abandon, une attestation de connaissances minimales, validée par un test, deviendrait obligatoire pour détenir un chien ou un chat. Un certificat de capacité serait exigé pour détenir un équidé.
Chien abandonné
Avec 100 000 animaux abandonnés chaque année, la France est « championne » d’Europe

Lire la suite ci dessous

Chien-Gratte-Olha-Rohulya-1200x778.jpg

30 juin 2020

Les beaux jours sont là … et avec eux les parasites. Si la majorité d’entre eux sont présents toute l’année, leur quantité augmente avec le réchauffement au printemps, en été et jusqu'au cœur de l'automne. Il devient encore plus nécessaire de vérifier les traitements anti-parasitaires de nos compagnons canins et félins.

cat-2943414_640.jpg

23 juin 2020

La maladie des griffes du chat est une maladie infectieuse, d’origine bactérienne, due aux bactéries du genre Bartonella. C’est une zoonose : une pathologie qui se transmet du chat vers l’homme, notamment les enfants. Les chats, en particulier les chatons de moins d’un an, sont considérés comme les principaux ‘’réservoirs" de l’espèce bactérienne Bartonella henselae.

Espigaou_WEB.jpg

2 mai 2020

A la fin du printemps et jusqu'au début de l'automne, les épillets peuvent représenter un danger redoutable pour nos petits compagnons. Voici nos conseils pour limiter les risques.

conseils_chiens_parasites_11.jpg

2 avril 2020

La piroplasmose

La piroplasmose est une maladie parasitaire également appelée babésiose. Elle tire son nom de celui du parasite qui en est responsable : le piroplasme ou babesia. Les tiques de l’espèce dermacentor sont les principaux vecteurs de ce parasite.

Dermacentor -
Dermacentor – L’espèce de tique qui transmet la piroplasmose – Lucarelli – Wikimedia commons

Il se transmet à l’animal lors d’une morsure par une tique porteuse du parasite dans ses glandes salivaires.

Rostre de tique
Gros plan de rostre de tique. – Dessin -Vetaction Conseil

Lorsque le parasite est introduit dans le système sanguin de l’animal touché, les globules rouges sont attaqués en premier. Ensuite, il va s’y multiplier jusqu’à provoquer leur éclatement. Ceci induira une libération excessive de l’hémoglobine dans le sang de l’animal.

Babesia
Babesia canis – Crédit photo : Alan R Walker – Wikimedia commons

Cette contamination s’accompagne par des symptômes qu’il faudra connaître afin d’intervenir à temps et garantir une prise en charge rapide de ce problème.

 

Animaux concernés, symptômes.

La piroplasmose touche principalement les chats, les chiens et les équidés.

chien chat et cheval
Les chiens, les chevaux et dans une moindre mesure, les chats sont concernés par la maladie

Les premiers signes d’une piroplasmose, vont commencer à apparaitre à partir de 1 à 4 jours après la morsure des tiques.  Tout d’abord, une altération du comportement et de l’état de santé de l’animal est observée On observe principalement des signes tels que :

  • abattement, fatigue, vomissements ;
  • perte d’appétit pouvant aller jusqu’à l’anorexie totale.
  • poil terne ;
  • muqueuses pâles.

 

La fièvre chez l’animal atteint de piroplasmose est moins grave et moins fréquente. Dans certains cas, rares, les muqueuses prennent une coloration jaunâtre. De plus, un syndrome diarrhéique est constaté lorsque la maladie est à un stade avancé.

 

Ces signes constituent des indicateurs importants sur l’état de santé de l’animal, ils sont suffisants pour suspecter une piroplasmose. Il est important de les connaître et de les identifier afin d’agir à temps et lui prodiguer les soins nécessaires. Un retard dans la prise en charge de cette maladie pourrait avoir des conséquences graves.

 

Diagnostiquer et soigner la piroplasmose

Afin d’établir le diagnostic de cette maladie, il sera nécessaire de procéder à des tests, en fonction de la gravité des signes observés. Ainsi, des tests sanguins, sur frottis sanguin, sont effectués afin d’identifier le parasite. Un prélèvement sanguin est fait pour l’animal afin de procéder à des analyses. Quand l’examen sanguin n’est pas concluant, il sera nécessaire de procéder à d’autres examens plus complexes, tel que le PCR (Polymérase Chain Reaction).

Généralement, le traitement de la piroplasmose consiste en un traitement médicamenteux qui a pour objectif d’éliminer les parasites. Le plus utilisé est l’Imidocarbe, administré par injection. A un certain stade avancé de la maladie, une perfusion ou une transfusion sera nécessaire.

Frottis sanguin et examen au microscope
Frottis sanguin et examen au microscope

 

Peut-on prévenir la piroplasmose ?

Une tique
Une tique

  • Les mesures préventives pour lutter contre la piroplasmose consistent essentiellement en l’élimination des tiques afin d’éviter toute morsure.
  • Pour les animaux à risque, il existe un vaccin. Il peut être administré au chiot dès l’âge de 6 mois. Cette vaccination ne protège pas à 100% mais elle réduit considérablement les risques de forme grave.
A cet effet, une vérification régulière de sa peau est conseillée. Des traitements anti-tiques, sous forme de pipettes, de spray ou de colliers, sont recommandés pour une protection contre les tiques.

Un traitement préventif , actif contre les tiques, est recommandé dans les zones concernées

Année-des-R-1.jpg

5 février 2020

Ceux qui auront le bonheur d’accueillir un chiot ou un chaton cette année auront à lui trouver un nom. Comme le veut la tradition à chaque année correspond une initiale et cette année, ce sera le R.

dog-626246_640.jpg

15 janvier 2020

Gastroentérites, hypothermies, lésions des coussinets, la saison d’hiver peut être à l’origine de petits problèmes ou de grands dangers qui peuvent être évités à condition de prendre certaines précautions. Alors, pour que vos escapades hivernales ou votre quotidien restent synonymes de plaisir, voici les conseils de votre clinique.

Clinique vétérinaire NAC et Compagnie

Nacs&cielogo

Sillingy - Epagny

Téléphone