Blog

ACTUALITES


2 mars 2024 actualités

En ce début de mois de mars, nous observons un retour des infestations par les tiques. Nous vous recommandons de protéger vos compagnons. En effet, les tiques peuvent notamment  transmettre la piroplasmose, une maladie grave.



28 février 2024 actualités

La dermatite atopique, parfois appelée « eczéma du chien », est une maladie inflammatoire chronique de la peau du chien.  Elle est causée par des allergies à des substances présentes dans l'environnement...



3 février 2024 actualités

Après le U en 2023, 2024 sera l'année des "V" pour les chiens! Mais pour les les chats les lettres W, X, Y et Z seront aussi possibles selon la Fédération Féline Française. De quoi se creuser la tête pour trouver un nom que votre compagnon canin ou félin pourra facilement retenir...



10 décembre 2023 actualités

Les fêtes arrivent ! Au programme : retrouvailles en familles et grands festins. C'est l'occasion pour votre fidèle compagnon de faire les yeux doux afin de récolter quelques restes de chapon ou de bûche. Cependant, il faut impérativement lui refuser ces aliments, qui sont toxiques pour sa santé. Tour d'horizon des interdits alimentaires pour nos amis canins.



23 juillet 2023 actualités

Entre le 1er mai et le 31 août 2022, la SPA a recueilli 16 457 animaux abandonnés, parmi lesquels 11 268 chats, 4 302 chiens et 851 NAC (nouveaux animaux de compagnie). On ne le répétera jamais assez : avoir un animal de compagnie, c’est prévoir de subvenir à ses besoins et garantir son bien-être, partout et tout le temps… Y compris pendant les congés estivaux.



16 avril 2023 actualités

Elles sont de retour. Très urticantes, les chenilles processionnaires peuvent provoquer des lésions et des allergies allant parfois jusqu’au décès de l’animal.

 

Les chenilles processionnaires, comme leur nom l’indique, se déplacent en procession. Elles sont ainsi particulièrement reconnaissables. (Image Vetaction Conseil)

Chenilles processionnaires : où les trouve-t-on?

Les chenilles processionnaires sont de petits insectes recouverts de poils de soies très urticants et allergisants, qui pullulent au pied des arbres dont elles se nourrissent. Deux types de chenilles processionnaires prolifèrent à l’approche de l’été.

  1. La chenille du Chêne (qui peut également se trouver sur les noyers), apparaît au mois de mai et se retire en juin/juillet,
  2. La chenille du Pin est la plus dangereuse pour nos animaux de compagnie. Celle-ci sévit du début du printemps jusqu’à la mi-septembre environ.

Ces insectes se trouvent donc dans des environnements boisés. En France, les régions les plus touchées sont :

  • pour la chenille processionnaire du Chêne : l’Alsace, la Bourgogne, le Centre, Ile-de-France, Midi-Pyrénées et Poitou-Charentes ;
  • pour la chenille processionnaire du Pin : le pourtour méditerranéen, la façade atlantique et les Pyrénées-Orientales.

Selon un rapport publié en juin 2020 par l’ANSES (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail), l’aire de répartition des chenilles processionnaires augmente en altitude sous l’effet du réchauffement climatique. Prudence donc, lors des promenades avec votre animal de compagnie, même si vous ne résidez pas a priori dans les régions touchées par la présence des chenilles processionnaires.

 

À quel point les chenilles processionnaires sont-elles dangereuses?

Ce sont de petits poils présents sur le dos des chenilles (différents de ceux visibles à l’œil nu) qui sont à l’origine de leur dangerosité pour l’Homme et les animaux. Sous l’effet d’une menace, ces poils microscopiques sont projetés dans les airs : se détache alors une substance urticante qui se déplace avec le vent. Il n’est pas nécessaire d’être en contact direct avec l’insecte pour en subir sa piqûre !

L’ANSES, dans son rapport, explique que l’immense majorité des cas d’êtres humains exposés aux poils des chenilles processionnaires ont développé des problématiques de « gravité faible ». Chez nos amis velus, les conséquences peuvent être autrement plus graves.

Les chiens sont les animaux les plus touchés car ils prennent souvent les chenilles processionnaires dans leur gueule pour jouer avec. Les lésions se situent ainsi le plus souvent autour des yeux, sur le museau et les coussinets (parfois même au niveau du tube digestif le chien déglutit).

Elles peuvent aller jusqu’à une nécrose partielle des tissus (c’est-à-dire, une mort des cellules « non naturelle »), lorsque l’animal prend la chenille dans sa gueule. Le plus dangereux reste la réaction allergique, qui peut provoquer des œdèmes de Quincke (gonflement de la peau et des muqueuses) ou un choc anaphylactique.

 

Quels sont les symptômes?

Les premiers symptômes sont rapides et visibles :

  • Rougeurs,
  • démangeaisons et inflammations,
  • brûlures locales sur la truffe, la langue, les yeux, les babines,
  • choc allergique : œdème ou même nécrose au niveau des lésions.

Si votre animal commence à ressentir des symptômes, vous devez impérativement appeler les urgences vétérinaires : l’administration d’antihistaminiques pour lutter contre les risques allergiques doit avoir lieu le plus rapidement possible après le contact avec les chenilles processionnaires.

Vous devez également rincer abondamment la partie touchée avec de l’eau et du bicarbonate alimentaire, et surveiller votre animal de près afin qu’il n’ingère pas les poils urticants.

 

Comment protéger son animal des chenilles processionnaires?

Les nids de chenilles processionnaires sont des sortes de gros cocons de soie blanche qui peuvent être situés assez haut dans les arbres. (Image Pixabay)

Se débarrasser des chenilles processionnaires en forêt ou sur les lieux de promenades est impossible. En revanche, il est tout à fait envisageable de détruire les nids des chenilles auxquels l’animal peut avoir accès depuis le domicile (dans un jardin, par exemple) en coupant et en brûlant les branches portant les nids. Attention : même abandonné par les chenilles, le nid présente un risque. Il en va de même pour les chenilles mortes (dont les poils urticants font toujours effet).

Enfin, la meilleure façon de protéger son animal est de rester attentif à son environnement en surveillant la présence des nids et évitant les zones où les chenilles circulent. Il faut surtout éviter le contact direct avec entre l’animal et la chenille processionnaire. Une bonne obéissance au rappel est donc primordiale.

#chien #chat #cat #dog #chenille #caterpillar #été #summer


Copyright Vetaction Conseil 2022